« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »

Le risque est d’en présenter des contours parfaits, et ainsi, d’en affaiblir la portée, estiment deux sénatrices du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires et les co-secrétaires nationales des Jeunes Écologistes.

Mathilde Ollivier  et  Monique de Marco  et  Annah Bikouloulou  et  Emma Chevalier  • 9 avril 2024
Partager :
« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »
Rassemblement de jeunes engagés dans le service civique sur le Champs-de-Mars, le 27 juin 2012, pour témoigner de leur engagement.
© Jacques Ddemarthon / AFP

Ce mercredi, nous discutons au Sénat d’une proposition de loi visant à renforcer le service civique dans le cadre de la niche parlementaire du groupe Socialiste. Quatre mois après la discussion de notre proposition de loi pour une allocation d’études, un sujet en lien avec la jeunesse sera une nouvelle fois abordé dans nos débats. Nous pouvons nous en satisfaire, tant les politiques publiques en faveur des jeunes sont trop souvent oubliées et méprisées.  

Depuis plus d’une décennie, le service civique est devenu un marqueur fort dans les politiques de jeunesse. Créé en 2010, ce dispositif permet à des jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, de s’engager dans une mission d’intérêt général. Alliant au cœur la solidarité et le partage, le service civique s’inscrit également dans une volonté d’ouverture et de mixité sociale. Il permet une découverte du monde associatif, un premier pas dans le monde du travail et de nouvelles perspectives à des jeunes en décrochage scolaire ou rencontrant des difficultés à déterminer leur projet de vie. 

Toutefois, la nuance est de mise. Son évolution nous permet aujourd’hui de mesurer et de prendre du recul sur ce dispositif. Derrière l’affichage « d’un remarquable succès quantitatif », nous devons débattre et prendre conscience des failles et de certaines dérives du service civique. Les organisations de jeunesse nous alertent, écoutons-les.

La montée en puissance du dispositif ne doit pas servir d’effet d’annonce au détriment des premiers concernés : nos jeunes.

Élargir un tel dispositif sans l’encadrer, c’est prendre le risque de le dénaturer et surtout de précariser les premiers concernés. L’objectif de la proposition de loi est affiché d’emblée : « Continuer à mobiliser et accompagner la dynamique autour du service civique. » Après plus de dix ans d’existence, l’expérience du service civique conduit les auteurs de ce texte à penser un élargissement de cette formule. Passant de 6 000 volontaires en 2010 à près de 88 000 missions aujourd’hui, le service civique a en effet connu une forte progression.

Mais la montée en puissance du dispositif ne doit pas servir d’effet d’annonce au détriment des premiers concernés : nos jeunes. Nous refusons de tomber dans une course en avant des chiffres, à vouloir toujours plus de personnes engagées, sans se préoccuper de leur situation, de leur indemnisation et de leur insertion dans le monde du travail. Les limites du service civique sont réelles. Alors que les coupes budgétaires et la pression sur les services publics continuent d’augmenter, alors que la part de services civiques dans les administrations est passée de 12 à 38 % entre 2014 et 2021, nous ne pouvons pas fermer les yeux.

Avant tout élargissement, il apparaît donc nécessaire de renforcer le service civique. Pour que le dispositif ne devienne pas le nouveau statut précaire par excellence…

Le texte qui sera débattu au Sénat propose plusieurs points qui nous préoccupent, notamment l’allongement de l’âge limite pour obtenir un service civique à 27 ans, ainsi que l’élargissement du périmètre à d’autres secteurs comme les assemblées parlementaires, aux juridictions administratives et financières. Élargir le dispositif, sans augmenter les garde-fous pour répondre au risque d’emploi dissimulé, n’est pas souhaitable. Un jeune, volontaire et engagé dans le dispositif, n’a pas à rentrer dans une logique « métro, boulot, dodo ». Le risque, dans ce cas, est de voir se développer un service civique à deux vitesses, comme esquissé par l’étude du Céreq : les jeunes les plus diplômés s’engageant après une période d’activité pour le goût de l’intérêt général ; et les jeunes moins diplômés s’engagent après une période de chômage pour trouver une opportunité professionnelle et une source de revenus. Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’indemnité est de 619 euros, même pas la moitié d’un SMIC ? 

Loin de corriger les failles existantes, cette proposition de loi ne nous semble pas à la hauteur des attentes et des besoins de notre jeunesse.

Face à une précarisation grandissante, présentons un autre chemin à notre jeunesse

Avant tout élargissement, il apparaît donc nécessaire de renforcer le service civique. Pour que le dispositif ne devienne pas le nouveau statut précaire par excellence, pour qu’il puisse se pérenniser sur ses points forts de protection et de solidarité, pour qu’il développe le sens de l’engagement sans favoriser le salariat déguisé, nous proposons : 

  • De le maintenir pour les jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les personnes en situation de handicap, et ne pas l’élargir à d’autres secteurs, 
  • De prioriser une nette amélioration de son indemnisation pour sortir les volontaires de la précarité, 
  • De baisser à 35 heures la durée maximale hebdomadaire du contrat de service civique, contre 48 heures aujourd’hui,  
  • D’améliorer l’information sur le respect des missions, sur la lutte contre le harcèlement et contre les VSS, 
  • De garantir une formation minimale de 10 jours pour l’accompagnement du volontaire dans la réflexion de son projet et permettre des espaces de dialogue sur le déroulement de la mission.

Plus largement, il est aujourd’hui essentiel de mettre en place des politiques publiques pérennes contre la précarité de la jeunesse et pour un meilleur accompagnement vers l’emploi. Fin décembre, nous proposions la création d’une allocation universelle d’études à 1 092 euros. La situation de nos jeunes exige une prise de conscience générale. Ce sont les premiers touchés par le déclassement, les inégalités et la précarité. Les réponses apportées par le Gouvernement ne répondent en rien à leurs quotidiens et à leurs inquiétudes. Face à une politique basée sur la jeunesse au pas, avec l’universalisation du SNU, et face au récent tournant de la rigueur, avec presque 130 millions de crédits annulés pour la jeunesse et la vie associative, nous devons collectivement proposer un autre chemin.

Les réponses apportées par le Gouvernement ne répondent en rien à leurs quotidiens et à leurs inquiétudes. Face à une politique basée sur la jeunesse au pas, avec l’universalisation du SNU, et face au récent tournant de la rigueur, avec presque 130 millions de crédits annulés pour la jeunesse et la vie associative, nous devons collectivement proposer un autre chemin.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 6 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social
Tribune 23 mai 2024

Pour la défense des droits des salariés dans le secteur médico-social

TRIBUNE. En Seine-Saint-Denis, plusieurs élus, militants et salariés alertent sur les conditions du droit du travail au sein de l’association de la Sauvegarde 93. Ils dénoncent aussi le licenciement de Farid Bennaï, délégué syndical FO, pourtant rejeté par l’inspection du travail.
Par Collectif
« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »
Tribune 21 mai 2024

« Face à la répression contre Ritchy Thibault, faire bloc et être solidaire »

TRIBUNE. Co-fondateur de Peuple révolté et porte-parole de PEPS, Ritchy Thibault fait l’objet, tant de la part d’Emmanuel Macron que de Jordan Bardella, d’un acharnement répressif que les signataires de cette tribune dénoncent avec force.
Par Collectif
« Nous, psychologues, professeur·es et étudiant·es en psychologie, refusons que notre discipline soit instrumentalisée à des fins transphobes »
Transphobie 13 mai 2024

« Nous, psychologues, professeur·es et étudiant·es en psychologie, refusons que notre discipline soit instrumentalisée à des fins transphobes »

TRIBUNE. Plus de 1 000 psychologues, psychiatres, psychanalystes, profs et étudiants en psychologie s’opposent à la proposition de loi des Républicains sur l’interdiction des transitions pour les mineurs et défendent l’autodétermination des personnes trans.
Par Collectif
Apologie du terrorisme : l’instrumentalisation après l’intégration dans le droit commun il y a 10 ans
Tribune 10 mai 2024

Apologie du terrorisme : l’instrumentalisation après l’intégration dans le droit commun il y a 10 ans

TRIBUNE. L’avocat Vincent Brengarth dénonce le dévoiement de cette infraction pénale pour criminaliser, en pratique, ce qui relève d’un débat d’idées d’intérêt général sur la situation dramatique de la population de Gaza.
Par Vincent Brengarth