Dans l’Oise, la difficile persuasion des électeurs du Rassemblement national

Une trentaine de personnes ont fait le déplacement, ce 2 juillet, pour essayer de convaincre les électeurs de la troisième circonscription de l’Oise de voter pour Amadou Ka, candidat LFI-NFP. Objectif : convaincre les électeurs macronistes de faire barrage et « tailler » dans l’électorat du RN.

Pierre Jequier-Zalc  • 3 juillet 2024
Partager :
Dans l’Oise, la difficile persuasion des électeurs du Rassemblement national
Amadou Ka, candidat LFI-NFP dans la 3e circonscription de l'Oise, et Magali, une des organisatrices de sa campagne, à Précy-sur-Oise.
© Pierre Jequier-Zalc

Chez eux, c’est déjà gagné. Ils sont une trentaine, électeurs et militants de circonscriptions parisiennes déjà acquises au Nouveau Front populaire à s’être donné rendez-vous, sur les coups de 14 heures à la gare du Nord, Paris, direction Creil. Là-bas, dans la troisième circonscription de l’Oise, tout reste à jouer. Le candidat du NFP, Amadou Ka, est arrivé en deuxième position. Face à lui, Alexandre Sabatou, député sortant du Rassemblement national, compte 5 000 voix d’avance après le premier tour. Un retard important que les militants du jour espèrent combler avec une mobilisation massive durant l’entre-deux-tours.

Dans cette circonscription, la dualité entre ville et campagne est exacerbée. Si Amadou Ka a fait le plein de voix (67,3 %) à Creil, la ville dont il est originaire, il n’a convaincu que très peu d’électeurs dans les campagnes environnantes. « Aujourd’hui, on va s’attaquer à ces zones », souligne au groupe de militants Léo, un des organisateurs de ce « convoi de la victoire ». « Avant le premier tour, on a super bien mobilisé les quartiers populaires, on s’est concentré sur les villes, on n’a pas encore mis les pieds dans ces petits villages. C’est l’heure d’y aller », poursuit-il.

« Avant le premier tour, on a super bien mobilisé les quartiers populaires, on s’est concentré sur les villes, on n’a pas encore mis les pieds dans ces petits villages. » (Photo : Pierre Jequier-Zalc.)

En quelques dizaines de minutes, devant la boutique Relay de la gare, les grands enjeux de la circonscription sont expliqués. Désert médical, fermeture de classes, la consigne est donnée : axer le discours sur ce que contient le programme du Nouveau Front populaire sur la question des services publics.

Cibles du jour : deux petites bourgades

Parmi la trentaine de personnes présentes, rares sont les militants aguerris. « Je vends des fruits et légumes. En ce moment, j’ai une période de chômage donc je fais tout pour que le RN ne passe pas », raconte Jérémie, la petite trentaine, qui milite seulement depuis le 10 juin, lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Au programme du jour, « envahir » deux petites bourgades à une quinzaine de kilomètres de Creil. Précy-sur-Oise, 3 200 âmes, et Boran-sur-Oise, un peu plus de 2 000. Là-bas, Amadou Ka ne dépasse pas 15 % des suffrages exprimés. Le RN frôle la barre des 50 %. « On essaie de ne pas trop s’éloigner, par mesure de sécurité », glisse un des organisateurs.

Aujourd’hui, les gens ont besoin de tranquillité, c’est leur première demande.

Christian

Plusieurs voitures nous attendent à la gare de Creil. Les militants plus habitués du porte-à-porte sont répartis avec les novices. Une moitié ira à Boran-sur-Oise, l’autre à Précy-sur-Oise. En quelques phrases, Magali, qui organise bénévolement la campagne, nous présente Amadou Ka. Un candidat « issu des quartiers populaires de Creil », de la société civile, éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse. Tout l’inverse, selon elle, du candidat du Rassemblement national, « un député fantôme ». « Il faut appuyer sur cet argument. Les gens, bien souvent, ne l’ont jamais vu. Il n’a jamais rien fait pour elles et eux. »

Sur le même sujet : Dans l’Oise, la difficile persuasion des électeurs du Rassemblement national

Nous sommes affectés à Précy-sur-Oise. Notre conducteur, Christian, 70 ans, nous fait une petite visite guidée. Cet ancien secrétaire général de l’union locale de la CGT, raconte, au fil des usines qui défilent, ces luttes passées et la désindustrialisation qui a frappé une partie de la région. « Aujourd’hui, les gens ont besoin de tranquillité, c’est leur première demande », assure-t-il.

Des maisons vidéosurveillées

Pourtant, en arrivant à Précy-sur-Oise, on se demande bien ce qui peut entraver la tranquillité de cette bourgade, visiblement assez aisée – au vu de la taille des maisons et du nombre de piscines – et d’une paisibilité que rien ne semble perturber. Mais, rapidement, les paroles de Christian se vérifient. Sur bon nombre de maisons, les panneaux « vidéosurveillance », « alarme », « attention chien méchant », fleurissent.

J’ai déjà fait mon choix ! Ce sera le Front national.

La quinzaine de militants se dispersent par groupe de deux ou trois. Nous en suivons un, avec Julie*, 28 ans, en thèse de sociologie dans une faculté francilienne et militante écologiste. « Mais jamais pour un parti politique », confie-t-elle. Pendant plus de trois heures, nous la suivons sonner porte après porte, maison après maison, pavillon après pavillon, avec une forme de résilience impressionnante.

*

Les prénoms suivis d’une astérisque ont été changés.

Parce que ce serait un mensonge de dire que l’accueil, à Précy-sur-Oise, fut bon. Souvent, au son de « Nouveau Front populaire », les portes se referment sèchement. « J’ai déjà fait mon choix ! Ce sera le Front national », affirme, fièrement, un passant. « C’est pour qui ? », interroge une vieille dame qui préfère ouvrir une fenêtre à l’étage plutôt que la porte à laquelle nous venons de toquer. « Ah, vous ! Hors de question ! », dit-elle à l’évocation de qui nous sommes.

Sur le même sujet : Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »

Un peu plus loin, nous croisons, devant un beau pavillon au jardin très soigneusement entretenu, un jeune homme qui ne doit avoir guère plus de 20 ans. En lavant sa voiture, il nous affirme être un des leaders locaux des jeunes avec Reconquête !, le parti d’Éric Zemmour. « Ah, voilà les jeunes de la France insoumise, endoctrinés dans les universités parisiennes par l’islamo-gauchisme et le wokisme. » Joli bingo. On trace notre route, ce n’est pas ce genre de personnes que Julie est venue essayer de convaincre aujourd’hui.

Des mamans indécises à l’écoute

La cible, ce sont plutôt les « indécis », qui n’ont pas voté au premier tour ou pour le Rassemblement national par dépit… pour peu qu’il en existe vraiment ici. Dans les hauteurs de Précy, on tombe sur une jeune femme enceinte. Elle ne sait pas encore pour qui voter. Du moins c’est ce qu’elle nous dit. La discussion s’engage. Si elle souhaitait qu’une chose change, qu’est-ce que ce serait ? « Les aides sociales », répond-elle, du tac au tac. C’est à dire ? « Qu’il y en ait moins ! Aujourd’hui on gagne autant en ne foutant rien, que nous quand on bosse », assure-t-elle.

S’ensuit un échange d’une dizaine de minutes. « Les allocations ça permet d’aider des gens qui peuvent avoir des difficultés, un souci de santé. Et puis, pour que le travail paie mieux, le Nouveau Front populaire propose l’indexation des salaires sur l’inflation, une meilleure progressivité de l’impôt sur le revenu », expliquent les militants.

Pendant plus de trois heures, nous avons suivi Julie sonner porte après porte, maison après maison, pavillon après pavillon, avec une forme de résilience impressionnante.(Photo : Pierre Jequier-Zalc.)

La future maman écoute, attentive. Elle ne connaissait pas ces mesures. Elle prend le tract et nous remercie. Convaincue ? Impossible à dire. Peut-être. « Au moins, on a pu discuter avec elle ! ». Dans le centre-ville, ce n’est pas une future mais une toute nouvelle maman qui nous ouvre la porte. Elle non plus ne sait pas pour qui elle votera dimanche. « Moi, ma famille est de droite par tradition », glisse-t-elle. Son sujet premier de préoccupation ? « L’écologie. » Le terrain semble propice et la discussion s’avère plutôt ouverte et franche.

On savait très bien qu’avec le peu de temps qu’on a eu, on n’allait pas faire de miracles sur les territoires ruraux…

A. Ka

Vite, la jeune maman ne cache pas non plus qu’elle a l’impression que « les jeunes qui ne sont pas ouverts, sur les juifs, sur les LGBT, ce sont les musulmans ». Remettre en question cette idée et axer sur l’importance d’une école publique avec des moyens pour enseigner la tolérance et l’ouverture aux autres, voici l’axe choisi par les militants. Finalement, elle prendra, elle aussi, le tract, semblant plutôt convaincue. Mais ira-t-elle voter le 7 ?

Labourer le terrain, toujours

19 h 30, fin de l’opération. Ceux qui sont restés jusque-là, les plus courageux, débriefent rapidement devant l’église du village. Magali note qu’un militant du PS est venu donner un coup de main. Un fait notable, alors que les bisbilles entre militants locaux sont importantes, du fait du choix de ce candidat issu de la société civile qui a déplu fortement au maire de Creil et aux insoumis locaux, qui s’y voyaient déjà. Amadou Ka, le candidat, est aussi là. Il a également participé à ce grand porte-à-porte. « On savait très bien qu’avec le peu de temps qu’on a eu, on n’allait pas faire de miracles sur les territoires ruraux, explique-t-il, et maintenant, sur l’entre-deux-tours, on veut aller chercher ceux qui hésitent encore, notamment ici. »

Sur le même sujet : Le Nouveau Front populaire au défi du vote d’extrême droite

En près de quatre heures, Précy-sur-Oise a été passé au peigne fin. Dans toutes les boîtes aux lettres, il y a désormais un tract pour Amadou Ka. De nombreuses portes ont été ouvertes, des conversations enclenchées. Les retours sont tous les mêmes : remarques racistes, stigmatisation. Mais, ici et là, quelques portes se sont ouvertes sur des sourires, des questions, parfois. Quelques personnes ont été convaincues. Combien ? 10, 20, 30 ? Personne ne sait vraiment. On pense déjà au lendemain. Un nouveau convoi venant de Paris est déjà prévu. Plusieurs dizaines de militants sont de nouveau attendus. Jusqu’au 5 juillet, 23 h 59, la stratégie ne change pas. Labourer le terrain, toujours. Seule manière de contrer la vague brune.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent
Politique 20 juillet 2024 abonné·es

Assemblée : la gauche reste aux finances, les deals entre droite, Macronie et RN continuent

La gauche gagne la présidence de la commission des finances et celle des affaires culturelles et de l’éducation. Les Macronistes se taillent la part du lion grâce à l’appui quasi-systématique des députés du Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée
Direct 19 juillet 2024

La gauche remporte la bataille du bureau de l’Assemblée

L’élection du bureau de l’Assemblée nationale a viré à l’avantage de la gauche qui emporte la majorité de ces postes-clés pour l’organisation et la direction des débats. Le RN n’y a aucun élu, tout comme le MoDem. Récit de cette très longue journée qui ne s’est achevée qu’au petit matin.
Par Michel Soudais
À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez
Parlement 19 juillet 2024 abonné·es

À l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet sauvée par Laurent Wauquiez

Malgré sa lourde défaite aux législatives, le bloc présidentiel conserve le perchoir grâce à un deal avec la droite. La gauche, perdante de cette élection stratégique, dénonce un « vol » politique et cède du terrain pour Matignon.
Par Lucas Sarafian
« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner
Mobilisation 18 juillet 2024 abonné·es

« Ne nous trahissez pas » : à Paris, un rassemblement pour exhorter le NFP à gouverner

Plusieurs dizaines de rassemblements, à l’initiative de la CGT Cheminots, se sont tenus ce jeudi partout dans l’Hexagone. À Paris, quelques milliers de personnes se sont déplacées pour demander la mise en place, au plus vite, d’un gouvernement du Nouveau Front populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc