blog /

Publié le 8 février 2007

Candidature unitaire : Lettre ouverte à tous les collectifs

Jean Lapeyre et Anny Richard sont membres du bureau du collectif antilibéral unitaire et populaire du Libournais.

Lettre ouverte à tous les collectifs locaux, à tous les collectifs départementaux, au collectif national, aux directions des partis et organisations engagés dans le combat unitaire antilibéral

Nous, Jean Lapeyre et Anny Richard, membres du « bureau » du collectif libournais refusons de nous résigner à admettre que le projet unitaire que nous avons tous mûri avec ferveur et enthousiasme pendant de longs mois puisse ne pas être porté par une candidature unique.
Notre mouvement antilibéral collectif et pluriel sur l’ensemble du territoire semble, pour le moment, en panne, parce que personne n’a été capable d’arriver au consensus nécessaire.
Il ne s’agit plus de rechercher les responsables ou les causes de notre échec mais de prendre en compte la déception actuelle, mais aussi la volonté exprimée de façon majoritaire de ne pas baisser les bras, de poursuivre la lutte engagée, en même temps que la nécessité de répondre ensemble à une urgence populaire massive.
C’est cette volonté qui s’est manifestée à la fois dans le mouvement de Résistance désespérée remettant en selle la candidature de J. Bové, et dans les débats exprimés à Montreuil. C’est cette volonté qui nous maintient encore dans nos collectifs locaux, même si certains d’entre eux ont éclaté en fonction des tendances, après que le PCF ait lancé la campagne sous le slogan « candidate de la gauche antilibérale ».
Nous ne pouvons, nous ne devons pas perdre de vue l’intérêt général et, plus particulièrement, l’intérêt de tous ceux que le système capitaliste broie chaque jour davantage. Nous ne pouvons pas décevoir tous ces électeurs qui aspirent à la fois au changement et à l’indispensable Unité pour y parvenir.

Si la situation actuelle se maintient en l’état : trois candidats pour un seul poste, (cinq, même, si l’on considère que LO et le PT portent des valeurs analogues), aucun de ces candidats de la gauche de gauche n’atteindra un score significatif (de 2 à 3 voire 5%) … Est-ce cela, répondre à l’urgence sociale ? Est-ce cela prétendre représenter une force d’opposition à l’Assemblée Nationale ? Au contraire, une candidature unique pourrait recueillir 12 à 15% des voix… ou plus.
Le moment est grave, soyons tous raisonnables, faisons preuve de la plus grande sagesse !
Même s’il est impossible de réécrire ces derniers mois de notre histoire, il est encore temps de « sortir par le haut » de la situation mortifère dans laquelle nous sommes aujourd’hui… à condition que chacun y mette du sien, à condition de placer l’enjeu du moment, l’intérêt général, au-dessus de sensibilités exacerbées, et de querelles d’ego.
Nous appelons donc, nous, collectif libournais, tous les responsables à reconsidérer la question de la présidentielle.
Nous savons tous que le programme que nous avons construit remet en cause cette V° République et ses institutions. Nous savons tous que le nom qui figurera sur le bulletin de vote à la Présidentielle est là pour servir notre cause, et non pour exercer le pouvoir tel qu’il est aujourd’hui.
Il serait très simple de décider collégialement, « consensuellement », que nous constituons encore une équipe de porte-parole dans laquelle, au titre d’une proposition, J Bové serait le « présidentiable », Marie George Buffet serait notre premier ministre, et les autres membres, Clémentine Autain, Yves Salesse, Patrick Braouezec… et même Olivier Besancenot s’il voulait réintégrer le groupe, obtiendraient les ministères importants prévus pour mettre en oeuvre notre programme.

Si nous réussissions cela, nous représenterions une force crédible, nous offririons l’image de l’unité, nous aurions une lisibilité réelle au niveau médiatique, nous redonnerions Confiance et Espoir à toute la Gauche populaire, et nous aurions des chances de peser dans le débat politique.

Aucune décision résultant d’un choix humain n’est irréversible : tout dépend du rapport de forces qui s’exerce, de l’engagement déterminé et de la volonté affirmée des hommes et des femmes en mouvement.
Dans le cas de figure actuel, le pire des cas ! le progrès social est en panne et le capital gagne…
Avec notre proposition, ce sont les citoyens qui gagnent… et nous qui nous sommes engagés dans la voie unitaire sommes tous responsables devant eux, nous n’avons pas le droit de les abandonner à la barbarie capitaliste !

Cette contribution ne demande à personne de renier sa candidature ni son engagement politique. Elle a pour seul objectif de retrouver l’Unité qui a prévalu lors de la conception des textes référents (Ambition et Stratégie, Ce que nous voulons) afin de les faire vivre pour que tous les électeurs qui se sont mobilisés pour le NON au TCE se rassemblent à nouveau pour les élections présidentielle et législatives... avec une dynamique qui devra se poursuivre jusqu’aux municipales, pour un changement durable.
Ceci ne nous semble pas relever de l’utopie. Nous sommes seulement conscients de la difficulté de la démarche proposée, mais persuadés que cette démarche n’est ni insurmontable, ni irréalisable, qu’il suffit d’avoir la Volonté d’aboutir, en ne perdant pas de vue notre objectif commun traduit par les Textes… en ne perdant pas de vue l’attente du Peuple de Gauche.

Nous soumettons à tous notre proposition. Puisse-t-elle déboucher sur la seule issue possible ! Soyons conscients que si nous ne parvenons pas à réaliser cette unité attendue pour la présidentielle, les législatives seront-elles aussi perdues.
C’est donc la dynamique initiale (vérifiée lors des grands meetings de l’automne dernier) qu’il s’agit de recréer pour gagner ! Rien n’est encore perdu si nous savons prendre la mesure de l’enjeu…

Jean Lapeyre : lapeyre.je@wanadoo.fr

Anny Richard : RICTAGMONT@wanadoo.fr

Bureau du Collectif antilibéral unitaire et populaire du Libournais : Pcf-rives-de-dordogne@wanadoo.fr


Haut de page

Voir aussi

Articles récents