blog /

Publié le 15 janvier 2010

Vivement Dimanche!

None

Illustration - Vivement Dimanche!

Lundi , petit début: monsieur Un, du parti régimaire, déclare qu'il faut d'urgence une loi contre la burqa, et qu' «on libère enfin toutes ces pauvres c... Sottes» .

La presse, fidèlement, rapporte son propos.

Mardi : madame Deux, «socialiste», répond qu'à son avis, et si vous permettez, l'urgence est plutôt de faire une loi contre la burqa - «éviiidemment, comme disait France Gall» .

La presse, fidèlement, rapporte son propos.

Mercredi , grosse journée: monsieur Trois, du parti régimaire, énonce qu'à son avis c'est pas la peine de faire une loi, et qu'une descente de police «suffirait amplement à libérer enfin toutes ces pauvres c... Idiotes» ; monsieur Quatre, «communiste», ajoute avec l'accent lyonnais qu'il faudrait songer aussi à «neutraliser pour de bon» les cent mille combattants du Groupe Mollah Omar Pour La Prédication D'Ta Mère (GMOPLPD'TM), qui se réunissent tous les mardis à 20 heures au Café de la Poste; madame Cinq, du parti régimaire (après avoir été d'un bord plus «socialiste»), l'applaudit en criant qu'il faut «nettoyer au lance-flamme les petits bâtards des cités, ou si qu'on suce la teub aux tueurs de caricaturistes, bordel à cul de pompe à merde» ?

La presse, fidèlement, rapporte ces propos.

Jeudi : monsieur Six, éditocrate, regrette qu'on ne puisse «décidément plus du tout critiquer l'islam, qui est pourtant une vraie saloperie» ; monsieur Sept, penseur d'époque, déclare comme ça que «si qu'on veut qu'not'chère et vieille et blanche Europe devienne ce week-end un dominion talibanistanisé, ok, d'accord, n'a qu'à rien changer» - mais que par contre, «si qu'on préfère quand même défendre nos racines franques, il est temps d'sortir les M-16» .

La presse, fidèlement, rapporte son propos.

Vendredi , énorme journée: monsieur Huit, bloc-noteur au journal régimaire, souligne que «l'épouvantable vérité, que tait la bien-pensance, est que des centaines de milliards de musulmanes chaudes et nues sous leurs bourquats (ainsi qu'on dit en bon français) ont d'ores et déjà construit 420 minarets dans le seul département du Cantal, pourtant l'un des moins contre-colonisés de notre Vaterland , alors vous imaginez un peu c'que ça doit être en Seine-Saint-Denis?» ; madame Neuf, musulmane des Lumières, fait valoir que «bien sûr que la burqa est une prison» , mais que pour autant «l'islam compte aussi 15 à 20 représentant(e)s fermement décidé(e)s à se moderniser» , et que par conséquent « faudrait pas non plus tout mélanger, ça serait limite phobique» - mais que, « bien sûr que la burqa est une prison» ; monsieur Dix, auteur de souche, note sur son calepin qu'il a «encore compté, pas plus tard que ce matin et en moins de 20 minutes, pas moins de cent Juifs à l'antenne d'une radio culturelle de service public» , et «est-ce qu'on peut encore s'étonner qu'il y ait tous ces Juifs dans les médias sans immédiatement se faire traiter de raciste, ou si, ayé, on peut plus rien dire» - puis note aussi que l'avenue des Ternes, à Paris, fleuron de l'urbanisme occidental blanc, «ressemble désormais aux puantes venelles de Sidi Bel Abbès, nom de Dieu, c'est une infection» - puis que, soit dit en passant, pour ce qui le concerne, la burqa, c'est nein - puis que ça commence à le faire chier, de se faire traiter de raciste; enfin monsieur Un rappelle qu'il a été «preum's» à réclamer une loi contre la burqa, et que ça serait bien qu'on l'oublie pas, merci.

La presse, fidèlement, rapporte son propos.

Samedi , grand soleil, températures de saison: monsieur Onze, journaliste régimaire, révèle, dans l'édition du samedi du journal du lendemain, dont le propriétaire vend également des flingues, qu' «un échantillon parfaitement représentatif de la population nationale» (puisque fait de «349 adhérent(e)s de l'UMP à jour de cotises» ) juge, « à 130 % » , qu'il faut «une loi contre la burqa, non parce que nous aurions l'intention d'exciter des haines dégueulasses, n'est pas comme ça, mais parce qu'il est plus que temps de soustraire ces pauvres c... Nunuches à l'emprise du GMOPLPD'TM» ; madame Douze, «socialiste», fait savoir qu'elle est «carrément pour qu'on donne enfin le droit de vote aux étrangers» , et que, neffet, maintenant qu'elle y réfléchit, ça lui était complètement sorti de la tête quand elle était «aux affaires» (mais que, bon, faut se rappeler aussi qu'elle était, à l'époque, « très occupée à privatiser» , et que, n'en déplaise aux «islamistes» , on peut pas non plus être en même temps aux fourneaux et à la planche à repasser) - puis elle ajoute que, «naturellement, Fatima Trouchoux devra m'ôter cette vilaine bourquat, avant de voter pour moi» .

La presse, fidèlement, rapporte son propos.

Dimanche , relâche: on fait son marché bio sur le boulevard Raspail, à Paris, dont monsieur Dix a dénoncé l' «immonde arabisation, et venez pas me dire que c'est raciste, j'en ai un peu ras le béret de vos intimidations» , mais où le kilo de carottes OGM free est en promo à 15 euros, merci la République.

La presse en profite pour déplorer une, je cite: «Fort pénible focalisation du débat public sur l'islam» .


Haut de page

Voir aussi

Articles récents