blog /

Publié le 21 janvier 2011

Nous sommes tous des « néo-populistes »

None

Aujourd'hui, jour de la tête de veau, j'ai envie de me croquer celle de Christophe Barbier à propos d'un odieux crobard de Plantu publié cette semaine dans L'Express dont il est le directeur de la rédaction.

Cette caricature, dont vous avez sans doute entendu parler, fait polémique. Et c'est bien normal. Jean-Luc Mélenchon, qui l'a découvert par un appel d'un confrère de Marianne , l'a vertement dénoncée dans un communiqué et sur son blog. Le secrétariat national du Parti de gauche note lui que «ce sont toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le Front de Gauche qui sont insultés» .
Les principaux dirigeants du PCF (Pierre Laurent, Marie-George Buffet, Patrick Le Hyaric) ne s'y sont pas trompés qui se sont eux aussi insurgés, à juste raison. Tout comme la Gauche unitaire de Christian Picquet.

Tout a été dit sur ce dessin: l'amalgame ignoble 1, la représentation flatteuse d'une Marine Le Pen souriante à côté d'un Mélenchon suant la haine, la banalisation du Front national auquel cette caricature participe Ce qui n'a pas échappé à SOS Racisme, etc. Tout, sauf le fait que Marine Le Pen, qui donnait jeudi une conférence de presse, avait plutôt l'air satisfaite du traitement que lui faisait Jean Plantu.

A supposer que dessinateur ait dérapé, comme le dit Pierre Laurent, ou qu'il se soit planté, ce n'est pas la première fois que le caricaturiste se livre à parallèle inacceptable. En 2004, dans Le Monde , il avait comparé les grévistes d'EDF-GDF à des «tortionnaires».

Illustration - Nous sommes tous des « néo-populistes » Mais curieusement personne n'a, jusqu’ici, fait mention des arguments avancés en défense de cette caricature stalinienne par Christophe Barbier, dans un éditorial vidéo diffusé sur le site de L'Express 2

Ce qu'y avoue le dandy à l'écharpe rouge, filmé devant une devanture de livres pour faire (singe) savant, mérite de figurer dans toute anthologie de la bien pensance. Certes Barbier admet que «comparaison n'est pas raison» , que ce rapprochement est «intellectuellement» inexact, mais il professe que «la caricature fait sens» , qu'elle «nous oblige à penser le néo-populisme» . Bigre.

Et qu'est-ce que le néo-populisme, selon Barbier? Par chance, pour une fois, il nous donne une définition de ce «mouvement» qui n'est pas «spécifiquement franco français» puisqu'on le rencontre «sur toute la planète notamment en Europe» . Et là accrochez vous bien à votre siège, car le néo-populisme a trois caractéristiques:
- «la contestation du mode de production capitaliste», ce qui fait du monde en effet;
- «la contestation d'un certain vivre ensemble démocratique» , et là déjà on se dit qu'il suffit de critiquer la Ve République et de vouloir installer une VIe République parlementaire pour figurer sur la liste des suspects;
- «la contestation des solutions de gouvernement pratiquées depuis des décennies dans nos pays, des solutions raisonnables, sociale-démocrates ou libérales» , enfin.

Voilà à quoi ressemble le hideux néo-populisme «en vogue, (...) en montée dans toute l'Europe» qui inquiète tant le patron de L'Express et ses commanditaires 3. Pas besoin de vous faire un dessin: les néo-populistes sont partout dans Politis . Néo-populistes: Attac, la Fondation Copernic, les écolos radicaux, le NPA n'en parlons pas, la Fase, les Alternatifs, une partie du PS et même Eva Joly qui avait été qualifiée ainsi par Nadine Morano et Charles Beigbeder un soir sur un plateau de France 2! Tous les mécontents de l'ordre du monde, dont nous sommes, sont des néo-populistes à l'aune de la définition barbieresque.

Et n'allez surtout pas douter de l'attachement à la démocratie du grand-directeur-du-news-magazine-que-le-monde-nous-envie en rappelant qu'il s'est dit prêt à «combattre les mécanismes démocratiques pour sauver la république» 4. Sa grande mission, c'est de «nous obliger à penser» comme avec cette couv'...

Illustration - Nous sommes tous des « néo-populistes »

...conçue pour foutre les jetons. Une couv' que même le journal du Front national lui aurait envié, s'il existait encore.



  1. Pourquoi ne pas rajouter un pupitre pour Léon Blum et le «Front» populaire si tous les fronts se valent? 

  2. Je vous conseille de l'écouter jusqu'au bout dans une autre fenêtre en lisant la suite. 

  3. Et quelques titres qui trahissent le côté où ils penchent en considérant qu'en protestant Mélenchon s'attaque à Plantu. C'est vrai, quelle outrecuidance a cet élu de s'en prendre à un bouffon! 

  4. « Plutôt Ben Ali que les barbus » , était encore son credo à l'heure où le dictateur tunisien s'enfuyait vers l'Arabie Saoudite. 


Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.