blog /

Publié le 28 juillet 2011

Blanchiment Barbichu

None

Illustration - Blanchiment Barbichu

Du temps qu'il était le taulier du quotidien Libération , Laurent Joffrin, muté depuis à la boss erie du Nouvel Observateur , ne dédaignait pas d'emprunter d'hardis raccourcis, comme quand (par exemple) il publia que Tariq Ramadan était «incontestablement un fondamentaliste» - et que Tariq Ramadan était même, et de surcroît, «le “chaînon manquant” entre le musulman modéré et le terroriste islamique» .

Mais aujourd'hui, Laurent Joffrin, changé, voudrait, s'il vous plaît, qu'on ne fasse «point d'amalgame» , dans le commentaire des attentats d'Oslo.

Plus précisément: Laurent Joffrin souhaite marquer, dans son «éditorial de Laurent Joffrin» de la semaine et du sceau de sa haute autorité, qu'il serait inconvenant «de stigmatiser» , après qu'un terroriste biberonné à l'islamophobie a fait en Norvège sa boucherie, «tous ceux qui critiquent l'islam» - ou «de rendre le Front national - auquel on pense naturellement quand il s'agit d'hostilité envers les étrangers - responsable d'actes qu'il a toujours réprouvés sans ambiguïtés» 1.

Dans la vraie vie, évidemment - où Laurent Joffrin donne des (récurrentes) fois l'impression de ne faire que de brefs séjours: ce n'est plus (du tout) tant au Front national, qu' «on pense quand il s'agit d'hostilité envers les étrangers» , que, d'une part, à la clique des clercs de médias qui depuis tant d'années qu'on ne les compte plus (DTD'AQ'ONLCP) se sont dédiés, sous l'abri de la «résistance» au «terrorisme de la bien-pensance» , à la pénisation des esprits (et donc à la vulgarisation des phobies frontiques), et, d'autre part, aux décomplexé(e)s (CENSURÉ) de la droite régimaire dont nous subissons depuis (bientôt) cinq ans l'emprise, et dont le règne est d'abord caractérisé, pour ce qui serait de sa forme, par son (très) régulier lâcher de saillies racistes où les musulman(e)s font l'objet de ce qu'il faut bien appeler une fixation ; mais aussi, et en troisième part, et on s'en voudrait de les oublier, à la camarilla des laïcard(e)s «de gauche» qui DTD'AQ'ONLCP désignent obsessivement l'islam comme la mère de toutes nos difficultés présentes et à venir, et qui, ces temps-ci, l'as-tu notu, tortillent chaloupément du cul, pour tenter de faire oublier que la Pen, dans sa quête, pour son parti, d'une respectabilité où l'islamophobie tient lieu de point nodal, ne dit en vérité rien, sur les mahométan(e)s, qu'ils n'aient déjà cent fois dit2.

Mais de cela, bien sûr, Laurent Joffrin, qui fut dans les ahurissants forums de Libération l'hôte de maint penseur de chez FOG souché dans le «stigmatiser» de «l'Autre» (et dans la nazification de quiconque s'offusquait de la multiplication de ces vilenies) en même temps qu'un empressé propagateur de la doxa que nous avions un très sérieux problème avec les musulman(e)s, Houston - de cela, disais-je, Laurent Joffrin ne veut absolument pas entendre parler: Victor Frankenstein n'apprécie que peu qu'on lui remémore qu'il y a quelque(s) danger(s) à trop se désinhiber.

Aussi Laurent Joffrin s'hâte-t-il de pérorer, comme pour détromper qui supposerait (nonobstant l'improbabilité de la chose) une implication directe du ministre français de l'Intérieur dans les attentats de Norvège - du style, le mec a été vu achetant cinq tonnes d'engrais: «Non, Guéant, Sarkozy, Ménard ou Zemmour ne sont pour rien dans les événements d'Oslo.»

(Laurent Joffrin, t'auras relevé, se garde bien d'insérer, dans sa liste, où tout le monde est de droite, des personnages, suivez mon regard, qui n'ont pourtant pas peu contribué à l'installation de l'idée que les musulman(e)s sont décidément d'inquiétantes gens (mâme Dupont), mais qui sont sans le moindre doute, vus depuis le promontoire d'où Laurent Joffrin lance ses avis sur la vie, «de gauche» - de telle sorte que Laurent Joffrin peut sans démériter maquis(ard)er avec eux contre la Pen, nonobstant qu'ils comptent, pour ce qui serait par exemple de la dénonciation de l'occupation de nos rues par des fils d'Allah, ou de celle du mari d'Aubry en «avocat des islamistes» , au (limité) nombre de ceux chez qui l'extrême droite trouve de solides étais pour son islamophobie.)

Adoncques: quand rien, dans ce que dit ou écrit Tariq Ramadan, ne permet de soutenir sans (très) gravement déconner qu'il serait «le “chaînon manquant” entre le musulman modéré et le terroriste islamique» ?

Laurent Joffrin n'hésite que peu à publier que Tariq Ramadan est «le “chaînon manquant” entre le musulman modéré et le terroriste islamique» .

Mais si «Guéant, Sarkozy, Ménard ou Zemmour» passent de larges bouts de leurs existences à distiller nombre des mêmes phobies dont se prévaut le terroriste d'Oslo?

Laurent Joffrin n'envisage nullement qu'on puisse pousser l'effronterie amalgameuse jusqu'à les portraiturer en chaînons manquants entre ce bon vieux René-qui-fait-chaque-jour-marrer-le-zinc-avec-ses-vannes-sur-les-bougnoules et le terrorisme islamophobe: cela serait d'une grossièreté qui n'est, dans les canons laurentjoffrinés de la bienséance, pas (du tout) tolérable - quand elle s'applique à d'autres qu'à de fourbes muslims .

Mais alors, demande Laurent Joffrin, si «on» ne les «trouve» ni chez les gros penseurs (de presse et) de télévision qui ont pourtant forgé d'épais pans du corpus où le terroriste d'Oslo a nourri son délire, ni chez les politicen(ne)s qui, lorsqu'ils ne déplorent pas qu'on assassine des gens au nom de la résistance au mulitculturalisme, nous suggèrent qu'il serait temps qu'on pense à résister au multiculturalisme: «Où trouve-t-on les traces de ce nouveau fanatisme?»

Laurent Joffrin (qui n'est jamais si brillant que lorsqu'il débat avec lui-même) répond: «Sur Internet, bien sûr.»

(Et non dans les burlesques livres qu'aime Jean-Louis Debré.)

Mais attention: pas n'importe où, sur Internet.

Pas dans les blogs, par exemple, où se trouvent, aux nuages de tags, bien des mots qui ressemblent vraiment beaucoup à ceux du terroriste d'Oslo.

Ni sur les sites périphériques de raffinement matutinal.

«L'obsession identitaire» , explique Laurent Joffrin, est étroitement circonscrite dans trois sites d'extrême droite qui «se sont fait une spécialité de l'idéologie antimusulmane contemporaine» .

Dès lors, vous pouvez continuer à lire le vendredi Le Figaro , mâme Dupont - de même qu'à écouter le matin RTL: c'est pas du tout là (ni bien sûr dans les crânes proclamations du ministre von l'Intérieur), parole de Laurent Joffrin, qu'on vous sature d'une «vision paranoïaque et haineuse» .

Au reste, et pour le cas où vous n'auriez pas bien compris le message - conne de toi?

Le Nouvel Obs double cette semaine «l'éditorial de Laurent Joffrin» d'un mafflu dossier sur «les racines de la haine» du massacreur d'Oslo, avec «plongée dans la fachosphère» , et tout, et tout3, et d'où ressort très nettement que, non, vraiment: il serait vain (et sans doute assez malhonnête) de chercher ailleurs que chez les fafs du Net des logorrhées «identitaires» - dors tranquille, Alain Finkielkraut.

Blanchisseur d'idées sales, coco: c'est un métier.


  1. Pourquoi ris-tu d'un rire nerveux? 

  2. J'espère que tu aimes, quand je fais des phrases qui durent trois plombes? 

  3. Y a même (te dire le sérieux du truc) un entretien avec Dominique Reynié. 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents