Bali, service minimum

Au terme de la conférence des Nations unies sur le dérèglement climatique, la communauté internationale se donne deux ans pour négocier un nouvel accord. Vu l’urgence, il devra être très ambitieux.

L'essentiel fut sauf à Bali, mais au regard des diplomates seulement. Car on a frôlé la catastrophe à la conférence des Nations unies sur le dérèglement climatique. Après dix jours d'épuisantes négociations, les délégués de 187 pays sont parvenus samedi dernier à un accord minimaliste, conclu in extremis : d'ici à fin 2009, un nouveau traité international de réduction des gaz à effet de serre devra être prêt pour la signature, délai raisonnable pour envisager son entrée en vigueur dès 2012, date à laquelle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.