Rémi De Vos : l’aventure du off

Depuis des années, Rémi De Vos trace le sillon d’un théâtre plutôt social, dans un mélange original de dureté et de fantaisie. Son œuvre, à présent, émerge. En attendant d’être joué à la rentrée par Niels Arestrup au Studio des Champs-Élysées, il sera l’un des auteurs du « off » (et aussi du Théâtre du peuple, à Bussang, dans les Vosges).

Qu’est ce que le « off » évoque pour vous ? Rémi De Vos : C’est un festival où, presque chaque année, il y a une troupe qui joue ma pièce Débrayage, sur le travail et le chômage. Pour moi, cette année, c’est l’occasion de mettre en scène le texte d’un ami, Renaud Danner, Stan Kokovitch, acteur. C’est un très bon comédien, et son texte sur la schizophrénie de l’acteur est très drôle. Je n’avais pas l’intention de devenir metteur en scène, mais c’est ça, le « off » : personne ne vous attend, ni vous ni le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.