Des élus muselés

La limitation du droit d’amendement marque le retour au régime des partis.

L’Assemblée est ces jours-ci le théâtre d’un dialogue de sourds. La gauche dénonce un « coup de force » contre les droits du Parlement. La droite réplique en fustigeant « l’obstruction » de l’opposition. En cause, un « projet de loi organique relatif à l’application des articles 34-1, 39 et 44 de la Constitution » . Pas vraiment le genre de texte qui passionne les foules. Derrière ce nom de code, se cache pourtant la plus importante réforme du travail législatif depuis l’instauration de la Ve République.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.