Marche pour la paix : l’impasse égyptienne

Les manifestants internationaux ont été empêchés d’entrer dans Gaza. L’affaire a surtout mis en évidence les contradictions de l’Égypte. Reportage de Clémentine Cirillo-Allahsa.

Marcher dans les rues bondées du Caire, attendre des heures dans des halls d’hôtel, sous une surveillance policière constante : voilà la carte postale égyptienne des participants à la Marche pour la liberté et la paix. À l’occasion de ses vœux pour 2009, Nicolas Sarkozy avait affirmé que « la vocation de la France est de chercher les chemins de la paix » . Action pacifique, la Marche a voulu tracer un de ces chemins à travers Gaza. Mais la voie est restée fermée. Le ­triple discours de la communauté…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.