Les îles empoisonnées

Une étude démontre que l’épandage de chlordécone aux Antilles est bien responsable d’une forte augmentation du risque de cancer de la prostate.

Le scandale du chlordécone aux Antilles n’est pas près de s’éteindre (Voir Politis n° 1025.). L’étude épidémiologique Karuprostate, rendue publique par l’Inserm et dont les résultats étaient très attendus, confirme des années de soupçons : l’exposition généralisée de la population guadeloupéenne et martiniquaise à cet insecticide, utilisé aux Antilles de 1973 à 1993 contre le charançon du bananier, est responsable d’un taux exceptionnel de cancer de la prostate, sans équivalent dans le monde, et qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.