Ici

Une note salée Une note de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France préconise la réduction du nombre de blocs opératoires de nuit à un seul par département, contre 6 à 12 actuellement. Pourquoi cette soustraction drastique ? Parce qu’ils « tournent au ralenti » . Pour qu’un bloc opératoire soit rentable, il faut que ça dépote ! Que les malades y arrivent la nuit par paquets de 12 ! Sinon, on ferme, on rationalise, on optimise. L’Association des médecins urgentistes de France a dénoncé cette «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.