L’art de la manipulation

Georges Werler nous offre un exemple de théâtre américain indépendant.

Homme discret du théâtre français, Georges Werler met à la fois en scène Michel Bouquet dans Le roi se meurt de Ionesco à la Comédie des Champs-Élysées – un spectacle évidemment recommandable, mais qui ne relève pas des découvertes ! – et, dans la modeste salle du Petit-Saint-Martin, une pièce inédite en France de Lanie Robertson, D ernière Station avant le désert. Discret et fidèle, tel est Werler puisqu’il monte obstinément cet auteur américain (notamment un texte remarquable sur le photographe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.