Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Dossier : Arnaud Montebourg : «  J’appartiens à la gauche décomplexée  !  »

L’Amérique maso-schiste

REPORTAGE - L’exploitation du gaz de schiste au Texas tourne à la ruée vers l’or, particulièrement à Fort Worth, première grande ville américaine à l’autoriser. Des militants tentent d’organiser la riposte face aux graves nuisances occasionnées, dans l'indifférence générale.

Au Texas, les citoyens mobilisés contre l’extraction du gaz de schiste font figure de rabat-joie. Voire de gauchistes louches, vent debout contre le progrès. Ils ont vu débarquer chez eux, au milieu des années 2000, des commerciaux porteurs d’un deal alléchant : la location du sous-sol de leur jardin à l’industrie gazière, contre un chèque de plusieurs milliers de dollars.
À Fort Worth et ailleurs dans le pays, la plupart des particuliers sollicités ont plongé. Beaucoup ont vite déchanté.

Don Young et Sharon Wilson, dont le combat est détaillé dans ce dossier, ont été parmi les premiers à tenter d’alerter la population sur les dégâts causés par le procédé de la fracturation hydraulique, seule technique d’extraction de ce gaz connue aujourd’hui. Le principe est simple : forer à plusieurs milliers de mètres de profondeur, puis « casser » le schiste emprisonnant le gaz à l’aide d’un mélange d’eau à haute pression, de sable et de produits chimiques.

Sûre et propre selon les industriels, la technique est dévastatrice pour l’environnement, selon les riverains des puits, lesquels sont parfois forés à quelques encablures à peine des habitations, comme à Fort Worth. Air et eau potable viciés, émanations de produits toxiques et consommation d’eau faramineuse sont monnaie courante dans cette ville forée de toutes parts et quadrillée par un réseau souterrain de pipelines sauvage. Sans que les autorités locales, largement financées par l’industrie gazière et obnubilées par l’emploi, n’y trouvent à redire. Les habitants, eux, ne sortent pas indemnes de la course au gaz « non conventionnel » et composent avec de graves problèmes de santé, comme en témoigne Jane Lynn.

En France, l’épée de Damoclès brandie par Total et les autres n’a jamais été si menaçante, tant la bonne odeur de méthane s’échappant du sous-sol aiguise les appétits. « Vous devez continuer à vous battre » , insiste le réalisateur de Gasland Josh Fox, dans l’entretien qu’il nous a accordé. L’inverse tiendrait de l’irresponsabilité.

Illustration - L’Amérique maso-schiste
Un puits en cours de forage à Fort Worth, Texas


Photos : Xavier Frison

Haut de page

Voir aussi

Articles récents