Quand Paris avait du ventre

Les Halles vues par Robert Doisneau durant 40 ans. Un regard sociologique et esthétique.

Voilà deux femmes habillées de noir transbahutées sur un diable tiré par un ouvrier au carrefour d’une rue. Elles s’accrochent ferme à la carlingue, cramponnées aux barres latérales. Derrière elles, une voiture qui passe, une colonne Morris, des étals, des gens qui s’affairent, vont, viennent, déguerpissent. Ce sont les Filles au diable , en 1933. Robert Doisneau a tout juste 21 ans, opérateur chez André Vigneau. Déjà arpenteur impénitent, il inscrit la route vers les Halles comme un chemin privilégié dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.