1er Mai : la bataille des chiffres

Pourquoi se gêner ? Nicolas Sarkozy a annoncé 200 000 personnes
pour son rassemblement anti-syndical. Et le ministère de l’Intérieur
a osé le chiffre de 40 000 pour la manifestation syndicale (...)

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pourquoi se gêner ? Nicolas Sarkozy a annoncé 200 000 personnes
pour son rassemblement anti-syndical. Et le ministère de l’Intérieur
a osé le chiffre de 40 000 pour la manifestation syndicale. Nous
n’aimons pas beaucoup nous hasarder dans l’évaluation des manifs.
Mais une chose est certaine : s’il y avait 200 000 personnes au
Trocadéro (ce qui défie d’ailleurs les lois de la physique), alors il y
avait deux millions de personnes entre la place Denfert-Rochereau et
la Bastille. Parti à 15h, le cortège continuait d’occuper tout le parcours
à 20h.

Pour être sérieux, on peut sans risque estimer à 300 000 le
nombre des manifestants. Ce qui fait beaucoup de « permanents
syndicaux »
… Problème : à cette aune, les sarkozystes des beaux
quartiers n’étaient guère plus que 20 000 dans le 16e arrondissement,
le quartier de la grande bourgeoisie parisienne.

Il y avait bien deux France dans la rue mardi. Elles n’étaient pas tout à fait égales. Est-ce un présage avant le 2e tour de la présidentielle ?

Illustration - 1er Mai : la bataille des chiffres


Photo : AFP / Thomas Samson

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.