À contre-courant / La fin des gains de productivité

On s’achemine vraisemblablement vers la fin des gains de productivité globaux du travail dans les pays « riches ». Ce serait une bonne nouvelle pour le bien-être, pour l’emploi et plus encore pour les écosystèmes. Les trente à quarante années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale auront été une période unique dans l’histoire, moins « glorieuse » qu’on l’affirme puisque c’est alors que l’humanité, droguée aux énergies fossiles, a franchi sans s’en apercevoir les seuils « soutenables » d’émissions de gaz…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.