États-Unis : Les attentats de Boston

L’hypothèse d’un acte commis par un mouvement suprémaciste blanc a été avancée.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Deux bombes ont explosé, lundi, à 13 secondes d’intervalle, près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Bilan provisoire : trois morts et plus d’une centaine de blessés. Si, mardi matin, l’attentat ne faisait aucun doute, il n’était pas possible d’en déterminer l’origine. L’hypothèse d’un acte commis par un mouvement suprémaciste blanc a été avancée. Le 15 avril, les États-Unis célébraient en effet le « Patriots’ Day » en souvenir de batailles remportées en 1775, près de Boston, et considérées comme fondatrices d’une nation qui se voulait blanche et protestante. À des milliers de kilomètres de là, en Irak, ce lundi, des attentats ont fait 37 morts. Éternelle relativité de l’information.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.