Mineurs étrangers en danger

La garde des Sceaux a annoncé un nouveau dispositif d’accueil des enfants étrangers isolés.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La garde des Sceaux a annoncé le 31 mai la mise en œuvre d’un nouveau dispositif d’accueil des enfants étrangers isolés. Résultat d’un accord passé en mars entre l’État et l’Assemblée des départements de France, il vise à soulager financièrement les quelques départements s’occupant de la plupart de ces 7 500 jeunes environ, concentrés dans certains territoires. L’État prendra ainsi à sa charge les cinq premiers jours d’accompagnement. Laps de temps durant lequel le département devra établir un diagnostic social avant de saisir le procureur qui dirigera le jeune selon les places d’accueil disponibles sur l’ensemble du territoire. Le principe de répartition géographique ne convainc pas les associations, qui craignent un diagnostic social bâclé et l’absence de prise en charge du mineur par les départements, se renvoyant la balle.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.