Si ce n’est pas de la haine…

Dominique Reynié juge que Jean-Luc Mélenchon n’avait « pas sa place » dans la manifestation antiraciste du 30 novembre.

De sa chaire de spécialiste autoproclamé ès populisme, Dominique Reynié juge, dans un article du Huffington Post, que Jean-Luc Mélenchon n’avait « pas sa place » dans la manifestation antiraciste du 30 novembre, appelée par de nombreuses associations, syndicats et partis de gauche. En cause, ce que ce délégué général d’un think tank affilié à l’UMP appelle le « flirt appuyé [du leader du Front de gauche] avec les sentiments xénophobes ». Suit une accumulation de citations décontextualisées, des propos…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.