Philippe Pujol, prix Albert-Londres : « Faire sérieux sans être chiant »

Prix Albert-Londres pour la presse écrite pour ses reportages sur les cités de Marseille, Philippe Pujol revient sur l’exercice du fait divers et le métier de journaliste.

C’est peu commun : un prix Albert-Londres récompensant un localier. Un prix qui tombe d’ordinaire dans l’escarcelle des grands médias nationaux, mais que vient d’enlever Philippe Pujol pour une série de reportages parus dans la Marseillaise, au cours de l’été 2013, Quartiers shit 1. Un travail en dix volets sur les quartiers populaires de Marseille, qui entend raconter ses habitants de l’intérieur. Ici, le portrait d’un caïd, de jeunes confrontés à un immuable plafond de verre, et la mainmise des réseaux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.