Hong Kong : Ouverture de négociations

Mais les commentaires du chef de l’exécutif local ne semblent pas de bon augure.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Les étudiants ont entamé, mardi, après plus de trois semaines de manifestations, un fragile dialogue avec le pouvoir local. Ils réclament toujours la démission de Leung Chun-ying, et un véritable suffrage universel. Mais les commentaires du chef de l’exécutif local ne semblent pas de bon augure quant à l’issue des négociations. Quelques heures avant le début des pourparlers, Leung Chun-ying a réaffirmé que la liberté des candidatures n’était pas réalisable, car des élections libres permettraient aux nombreux pauvres de Hong Kong d’avoir la main sur le processus politique. L’inquiétude domine pour la suite des événements, et les étudiants restent mobilisés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.