S’en revenant de guerre

Laurent Bécue-Renard a suivi des combattants d’Irak ou d’Afghanistan.

Comment filmer la guerre ? Comment la raconter sans planter sa caméra sur un front, suivre une escouade, se glisser dans l’entrelacs des uniformes et des armes, sans se faire reporter de guerre ? Pari difficile. Et un parti tenté par Laurent Bécue-Renard. Le réalisateur s’est rendu dans un centre de prise en charge pour anciens combattants, au Pathway Home, en Californie. Il a suivi douze soldats de retour du front, d’Irak et d’Afghanistan. D’abord cinq mois, sans caméra, bâtissant une relation de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.