L’emprunt russe du FN

En quête d’argent frais pour ses futures campagnes, le FN a contracté un prêt de 9 millions d’euros auprès d'un établissement qui a son siège à Moscou.

Faut-il désormais l’appeler le Front russe ? En quête d’argent frais pour ses futures campagnes, le FN a contracté en septembre un prêt de 9 millions d’euros auprès de la First Czech-Russian Bank, un établissement qui a son siège à Moscou. Confirmant cette information de Mediapart, Marine Le Pen justifie cette entorse à la priorité nationale par le refus des banques françaises de prêter à son parti. Mais estime « ridicule » qu’on puisse voir dans ce prêt un geste du Kremlin pour un parti ami. C’est par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.