Ceux qui aiment Berlin prendront l’avion…

Le train de nuit reliant Paris à la capitale allemande a effectué son dernier voyage le 12 décembre. Rentabilité avant tout.

La Mort aux trousses. Difficile de ne pas penser à ce film d’Hitchcock quand on prend le train de nuit Paris-Berlin en wagon-lit, et au romantisme de cette scène où Cary Grant et Eva Marie Saint s’embrassent sur une couchette privée. S’il reste des trains de nuit directs pour relier des capitales européennes, les sociétés ferroviaires les suppriment les uns après les autres pour cause de non-rentabilité. Après le Palatino (Paris-Rome), rayé de la carte en décembre 2011, le Paris-Berlin a effectué son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.