Le maire FN de Fréjus retire Libération de la médiathèque

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Libération wanted à Fréjus ? D'après Mediapart , David Rachline, maire FN de la ville, a mis fin à l'abonnement de la médiathèque au quotidien de gauche. Le Figaro devrait connaître le même sort fin avril. «Restrictions budgétaires»* , a-t-il argué.

En septembre, un centre social dont la directrice avait tenu des propos mettant en cause l'équipe municipale dans Libération a été fermé par la mairie. Et un journaliste de France info s'est vu refuser l'accès à un conseil de quartier.

En mars 2014, la campagne pour les municipales a été l'occasion de faire remonter de vieux souvenirs liés à la censure exercée par les mairies FN dans les années 1990, notamment dans les bibliothèques.

Lire > Qui veut mettre les biblios à poil ?

Au moment des municipales, c'était surtout des livres de jeunesse abordant les questions de genre qui étaient dans le viseur.

Aurélie Filippetti, alors ministre de la culture, avait rappelé :

« La France ne tolère pas les tentatives de censure de ces lieux phares de la République que sont les bibliothèques . »

Et Anne Verneuil, présidente de l’Association des bibliothécaires de France, avait insisté :

« La vigilance doit être permanente : le premier danger, c’est la remise en cause du pluralisme. Il faut vérifier que les bibliothécaires ne subissent pas de pressions. Ils sont les premiers garants de la liberté d’opinion


Photo : David Ramos / GETTY IMAGES EUROPE / Getty Images/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.