Une mémoire à restaurer

Un débat à la Cinémathèque française a révélé une urgence : numériser les films du patrimoine tournés en argentique.

Depuis deux ans et demi environ, toutes les salles de cinéma sont équipées de projecteurs numériques. À part dans les cinémathèques, où continuent d’être projetés des films tournés sur pellicules photo 70, 35 et même parfois 16 mm, l’argentique est réduit au rôle de plus-value symbolique. Et encore, à de très rares occasions. On pense à Interstellar, de Christopher Nolan, qui, bien que tourné sur pellicule, n’a été montré en projection argentique que dans quinze cinémas dans le monde, dont un en France :…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.