Dossier : Le renouveau du nationalisme corse

Gilles Simeoni : « Le peuple corse a vocation à être reconnu et à exercer des droits »

Le président autonomiste de l’exécutif de la Collectivité territoriale de Corse, Gilles Simeoni, dénonce la mauvaise volonté de Paris à l’égard des vainqueurs des dernières élections. Et les dangers qu’une telle attitude peut engendrer.

Face à un État français dont les responsables politiques ne sont pas enclins à faire de cadeaux à la nouvelle équipe dirigeante nationaliste arrivée aux responsabilités en décembre dernier, et dans un contexte général de baisse drastique des dotations aux collectivités territoriales, Gilles Simeoni aborde ici les principaux enjeux auxquels il est confronté depuis son entrée en fonction. Vous avez prononcé une partie de votre discours d’investiture en langue corse. Était-ce un pied de nez à l’État français,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.