Le solo tactique des communistes

Le vote de la conférence nationale du PCF en faveur d’un candidat maison désavoue certes Pierre Laurent, qui suggérait d’appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Mais en apparence seulement.

Les cadres communistes ne sont pas à un paradoxe près. Ils critiquaient la multiplication des candidatures à gauche. Ils affirment depuis des mois qu’il faut, pour contrer la menace de la droite et de l’extrême droite, une candidature commune de la gauche alternative. En conséquence de quoi, samedi dernier, leur conférence nationale a majoritairement décidé de « présenter un candidat issu de leurs rangs ».

Cette assemblée convoquée pour arrêter la stratégie du PCF pour 2017 était composée des 160 membres du conseil national – instance dirigeante du parti, selon ses statuts –, de délégations élues par les conseils départementaux et de celles élues par les groupes communistes à l’Assemblée nationale et au Sénat. Pour la présidentielle, deux options étaient en débat : appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon sans rejoindre la France insoumise, ou présenter un candidat maison pour porter les propositions et la démarche de rassemblement du PCF. Cette dernière l’a emporté par 274 voix contre 218, avec 519 votants, dont 27 abstentions. Ce résultat, même s’il ne s’agit que d’« un vote préférentiel », selon l’expression de Pierre Laurent – le dernier mot revenant aux 50 000 adhérents communistes appelés à voter dans leurs sections entre le 24 et le 26 novembre –, est un événement. « C’est la première fois que la direction du parti est contredite par les cadres intermédiaires sur un sujet aussi important », relève l’historien Roger Martelli sur Regards.fr.

De fait, ce vote constitue au premier abord un revers personnel pour le secrétaire national du PCF, lui qui s’était prononcé, à la veille de la conférence nationale, du bout des lèvres, en faveur de l’option Mélenchon.

Il reste 75% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.