Dossier : Poutine : Pourquoi il fascine

« C’est l’Armée libre qui défend Alep »

Pour Brita Hagi Hasan, le « maire » d’Alep-Est, les jihadistes sont minoritaires au sein des rebelles. Mais la politique de terre brûlée et le silence international pourraient favoriser l’extrémisme.

Nous avons pu rencontrer longuement Brita Hagi Hasan, de passage à Paris, le 7 décembre. Il est le chef de la municipalité d’Alep libre (l’équivalent du maire), un conseil élu par la population qui existe depuis mars 2013. À l’origine, ce conseil local avait pour mission d’assurer la continuité des services publics. Il fait partie d’un conseil régional rattaché au « gouvernement de la Syrie libre » et incarne une opposition modérée. Qui sont aujourd’hui les rebelles dans Alep ? Brita Hagi Hasan : Les…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.