Des lendemains qui (dé)chantent ?

Bien que suspendue aux résultats de la présidentielle, la recomposition de la gauche se prépare dès aujourd’hui. Et tous les scénarios sont envisageables.

Une élection peut en cacher une autre. En glissant leur bulletin « Hamon » ou « Mélenchon » dans l’urne le 23 avril prochain, les électeurs savent qu’ils voteront pour désigner le prochain président de la République. Ce qu’ils savent moins, en revanche, c’est qu’ils participeront dans le même temps à dessiner le visage de la gauche française pour la décennie à venir… « Recomposition ». Si le mot est sur toutes les lèvres et dans toutes les têtes, peu de responsables politiques s’aventurent aujourd’hui à…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.