Tarnac : Le fiasco de l’antiterrorisme

Dix ans après les faits qui leur sont reprochés, les inculpés de Tarnac voient arriver leur procès, le 13 mars. Le journal en ligne Lundi matin publie les archives de l’affaire.

Le procès de Tarnac va s’ouvrir le 13 mars, presque dix ans après les faits. Le 11 novembre 2008, vingt personnes soupçonnées d’être impliquées dans le sabotage, trois jours plus tôt, de quatre lignes SNCF sont interpellées par des hordes de policiers à Paris, à Rouen, dans la Meuse et à Tarnac, en Corrèze. Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, annonce que ses services ont mis la main sur un groupe de « l’ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome ». C’est le début de l’affaire dite « de Tarnac »,…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.