Éthique : Vincent Lambert, un symbole

Vincent Lambert pourrait surtout devenir le symbole de la nécessité absolue des directives anticipées.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Vincent Lambert est devenu un symbole. Du combat pour l’euthanasie. Du combat contre l’euthanasie. Des limites de l’acharnement thérapeutique, du débat sur la fin de vie. Du déchirement d’une famille : cesser d’alimenter un homme de 42 ans dans le coma depuis dix ans ou le maintenir sur un lit. De batailles médicales et judiciaires…

Jusqu’à ce rebondissement le 20 mai : les soins à Vincent Lambert ont été interrompus le matin. Il allait mourir. Mais ils ont repris dès l’après-midi, sur décision de la cour d’appel de Paris, qui demande d’attendre l’avis du Comité international des droits des personnes handicapées, pourtant a priori non contraignant. 

Le dossier monte à l’ONU, saisie par les avocats des parents, qui crient à la remontada. Vincent Lambert pourrait surtout devenir le symbole de la nécessité absolue des directives anticipées.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.