La Bourse ou nos vies ?

Ce président et son second n’ont en réalité aucune intention d’assurer dans cette crise notre sécurité.

Au mitan de la semaine dernière, quand les alertes relatives à la « progression exponentielle » de l’épidémie de Covid-19 sont devenues si alarmantes qu’il lui était impossible de continuer à faire comme s’il ne les entendait pas, Emmanuel Macron, chef de l’État français, a « promis des décisions pour » le « vendredi » 11 septembre.

Et ce jour-là, Jean Castex, Premier ministre, a déclaré – en substance – qu’en effet il y avait un rebond de cette épidémie et qu’il convenait par conséquent de faire attention, parce qu’il y avait un rebond de cette épidémie, alors attention. (Parce qu’il y a un rebond.)

Oyant cela, d’aucun·es – qui ont gardé le souvenir de la détermination dont a tout récemment fait preuve le même Jean Castex quand il a répété en bougeant les deltoïdes qu’il allait coûte que coûte « faire la réforme des retraites » – ont trouvé que c’était un peu spongieux et constaté qu’en somme sa seule décision était de n’en prendre aucune (1).

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.