Carnet : « Au moindre geste, on me traite de terroriste vert ! »

Le procès de militants écologistes de Loire-Atlantique mobilisés pour la défense du Carnet témoigne d’une répression accrue contre celles et ceux qui s’engagent pour le bien commun.

En arrivant au tribunal correctionnel de Saint-Nazaire, Hubert et Yoann Morice semblent davantage concernés par les températures qui ne cessent de grimper en ce mois de mai que par le procès qui les attend dans quelques heures. « En plein dans la période de floraison du blé, c’est vraiment inquiétant pour les récoltes », commentent le père et le fils, tous deux paysans bio à Chauvé et militants écologistes. Ils ont dû abattre tout le travail d’une journée sur leur ferme en une seule matinée car ils se retrouvent ce jour-là sur le banc des accusés avec deux autres personnes, Gabriella Marie et un ami agriculteur. Tous les quatre sont poursuivis pour « avoir organisé une manifestation sur la voie publique n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable » le 29 août 2020, entre Frossay et Saint-Viaud, jusqu’au site naturel du Carnet. Ce week-end-là, le collectif Stop Carnet lançait sa mobilisation pour protéger ces 395 hectares d’un projet de « parc éco-industriel destiné aux énergies renouvelables marines » porté par le Grand Port maritime Nantes-Saint-Nazaire. Cet ambitieux projet d’aménagement provoquerait l’artificialisation de 110 hectares de zone naturelle et la destruction de 51 hectares de zones humides où plus d’une centaine d’espèces animales et végétales protégées ont trouvé refuge.

Lors de leur garde à vue il y a un an, ils avaient fait valoir leur droit au silence. Cette fois, ils expliquent leur démarche, exposent leurs indignations et replacent leur engagement collectif dans un contexte plus global de lutte contre la catastrophe climatique. Leur argumentaire est clair : « Participer ne signifie pas organiser ! Nous sommes un collectif au fonctionnement horizontal, sans chef, sans figure de proue », clame Gabriella Marie. Dans la salle du tribunal, une trentaine de personnes venues les soutenir arborent l’autocollant rouge vif « Stop au Carnet » sur leurs vêtements.

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.