« Taormine » d'Yves Ravey : le touriste et sa conscience

Le romancier met en scène un couple de vacanciers en Sicile dont la voiture percute un obstacle non identifié. Grave ou pas, la mesure de cet accident est une affaire d’éthique.

Yves Ravey affectionne les protagonistes aux personnalités douteuses. Par exemple, celui d’Adultère (2021), son avant-dernier roman : patron d’une station-service, il bafoue les droits de son employé et pique de l’argent à sa propre mère.

Dans Pas dupe, publié deux ans auparavant, la mort mystérieuse d’une femme oppose son mari et son père, le premier étant le salarié de l’autre, un industriel.

Comme nous lui demandions, à l’occasion de la sortie de Trois jours chez ma tante (2015), la raison de ces protagonistes de petite moralité, Yves Ravey avait invoqué la liberté du romancier : pas d’éthique à respecter, donc : « La narration avance à sa guise. Toutes les possibilités sont permises. » On pourrait ajouter que retenir le lecteur avec de tels personnages représente un beau défi, que l’auteur relève de livre et livre.

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.