blog /

Publié le 20 janvier 2010

Oh When The Saints Go Marching In

None

Illustration - Oh When The Saints Go Marching In

Après que la terre a tremblé, la vie des Haïtien(ne)s semble désormais se passer, telle que nous la restituent les envoyés spéciaux (ES) de TF1 et de France 2 (liste non exhaustive), en prières, d'une part, et en prières, d'autre part1.

Cette folklorique dévotion (outre qu'elle nous change - et nous divertit - agréablement de celle de nos mahométan(e)s) s'explique par l'évidence que Dieu, ces jours-ci, a pris Haïti sous Son aile protectrice, et lui envoie du miracle par paquets de douze - béni soit-Il pour Ses bienfaits.

Les ES de TF1 et de France 2 (liste non exhaustive) sont en effet catégoriques: pour ce qui serait d'aligner du miraculé, l'évêque de Lourdes, sauf son respect, peut aller se rhabiller - c'est à Port-au-Prince que ça se passe, et nulle part ailleurs, puisque aussi bien plus un JT ne s'ouvre, dont le présentateur, ou la présentatrice, ne commence par nous annoncer qu'un nouveau miracle s'est encore produit en Haïti, où une digène vient encore d'être sauvée par des Blancs après avoir tout de même passé huit jours sous vingt-cinq millions de mètres cubes de gravats, et n'a d'autre hâte, sitôt que désincarcérée, que d'entonner l'une des bouleversantes mélopées par quoi les Haïtien(ne)s remercient le Seigneur de Ses libéralités - et, oui, David, elle se porte comme un charme, écoutez-la, elle chante oh, when the Saints, c'est bouleversant, David.

(Et certes, c'est un peu facile, quand on crève de faim depuis toujours, de ramener sa fraise sur le thème, hey, téma comment que j'ai rien mangé pendant huit jours - parce que bon, avec un peu d'entraînement et le constant support du Fond monétaire international, n'est-ce pas: tout le monde peut se convertir à la frugalité.

Cependant, ne boudons pas notre plaisir: c'est pas tous les jours que la foi des gueux fait si plaisir à voir.)

Confrontés (en attendant celle des pains, qui tarde un peu, mais comme je disais l'Haïtien(ne) a de longue date pris le pli de se nourrir d'un rien) à cette multiplication des miracles, les ES de TF1 et de France 2 (liste non exhaustive), formés à la rude école du journalisme d'investigation (moustachu(e)) ont naturellement voulu vérifier si des fois Dieu, ces jours-ci, n'était pas tout bonnement descendu dans Port-au-Prince, parce que bon, tous ces miracles, c'est quand même troublant, oui, ou merde?

(C'est à cela qu'on voit que ces gens sont de véritables professionnels.)

Dans leur enquête, ces chevronnés reporters ont assez rapidement découvert un élément déterminant: le déploiement de larges pans de la 82ème division aéroportée de l'US Army, qui ne leur est pas exactement inconnue, puisqu'elle a, en 1944, tenu son rang, ont-ils expliqué, dans la libération de la France et de l'Europe (durant que les tankistes soviétiques se les roulaient).

(Factuellement fondée, cette information rend un hommage incomplet à des hommes qui ont également participé, quelques années plus tard, à l'émancipation de la paysannerie vietnamienne - mais cet épisode-là ne fut pas mentionné.)

Dès lors, tout s'éclairait, et les ES de TF1, après enquête, purent enfin nous annoncer, je te jure que j'invente rien, que: «Pour les Haïtiens, les Américains, c'est Dieu» .

Au nom du père et du fils Duvalier: amen.


  1. Et en pillages, aussi: on y reviendra, un de ces matins. 


Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.