Au-delà du « non »

Des militants des collectifs expliquent ce que signifie pour eux être antilibéral. Des approches différentes, mais qui se rejoignent sur la défense des services publics et la place du citoyen au cœur de l’action.

Le « non » au référendum de 2005 n'a pas été vain. Ne serait-ce que parce qu'il a mobilisé des gens qui, partout en France, n'ont pas voulu d'un traité constitutionnel européen d'orientation libérale. Pour les militants des collectifs antilibéraux, fondés quasiment dans la foulée, ce « non » fut un acte fondateur. L'événement qui a permis de cristalliser un certain nombre de forces militantes, associatives, syndicales, politiques, et surtout citoyennes, jusqu'alors dispersées. « Le "non" français a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents