Totalitarisme souriant

Les lauréats des « Big Brother Awards 2006 » (voir Politis n° 935) incarnent bien cette société de contrôle, plus sûre, plus juste ou plus tranquille, que les Français appellent, paraît-il, de leurs voeux. On les verrait bien alignés sur une affiche, façon trombinoscope, frappée du slogan : « Nos artisans du totalitarisme souriant ». Parmi les nominés, Gilles de Robien, ex-centriste convaincu des vertus du contrôle, qui semble oublier que la vocation de l'Éducation nationale n'est pas de mettre en place le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents