L'art de la com'

La méthode Sarkozy doit beaucoup à une communication outrancière conçue comme une arme. Pour se faire comprendre, il faut « parler simple ».

Lundi matin, à quelques heures de son départ de la place Beauvau, radios et journaux semblaient croire Nicolas Sarkozy sur parole. Le ministre-candidat ayant expliqué, depuis les Antilles, que le placement en garde à vue, trois jours plus tôt, de la directrice d'une école maternelle du quartier parisien de Belleville, qui avait protesté contre l'interpellation d'un parent sans-papiers, était « une décision judiciaire » prise « par un procureur de la République indépendant » , c'était donc forcément vrai. «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.