Palestine : la guerre des ondes

Les radios palestiniennes doivent s’imposer face aux factions, aux difficultés techniques qui résultent de l’occupation et à la concurrence d’émetteurs surpuissants installés dans les colonies. Reportage.

Des gens considèrent qu'on veut imposer des idées de l'extérieur parce qu'on parle des droits de l'homme en pays musulman. Et ça peut aller loin : pressions physiques, commandos qui cassent le matériel, etc. » L'homme qui accuse ainsi est Deya N-Kawasme, l'un des dirigeants de Radio Hurrya, à Hebron. Comme une vingtaine d'autres radios locales palestiniennes, Radio Hurrya tente de développer ses ancrages locaux et de devenir un lieu d'information et de débats. Mais cette volonté s'applique dans un cadre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.