Battisti embarrasse la gauche italienne

Dans un pays qui n’a pas fait l’examen de ses années de plomb, l’ancien activiste est considéré comme un terroriste. Ou une source d’ennuis.

Dimanche 18 mars, la nouvelle tombe : Cesare Battisti, ex-activiste italien des années de plomb et auteur de romans policiers en France, où il était réfugié, vient d'être arrêté à Rio de Janeiro (Brésil) après plus de deux ans et demi de « cavale ». On sait l'embarras que cette interpellation a provoqué au Parti socialiste. Ségolène Royal et certains membres de la direction du parti ont refusé de soutenir Battisti. D'autres, comme Dominique Strauss-Kahn, ont demandé à ce qu'il ne soit pas extradé vers…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents