Uranium à l'air libre

« Existence d'un risque connu », « absence coupable d'information », « maintien volontaire dans l'ignorance » : l'enquête de l'association Sherpa, avec la Criirad, Médecins du monde et d'anciens travailleurs, accable la Comuf, filiale d'Areva qui gérait la mine d'uranium de Mounana (Gabon), de 1960 à 1999. Sur 500 anciens travailleurs, dont certains ont passé plus de 20 ans dans les poussières radioactives, souvent sans protection, 50 % souffrent de pathologies pulmonaires ou de cancers. Et des millions de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.