Stop au bashing de la France insoumise

Édouard Louis, Annie Ernaux, Michaël Löwy, Didier Eribon, Enzo Traverso et une centaine d’intellectuels demandent que cesse la campagne de dénigrement de LFI et de ses dirigeants, qui n’a d’autre but que de briser l’unité du Nouveau Front populaire.

Collectif  • 27 juin 2024
Partager :
Stop au bashing de la France insoumise
Sans Jean-Luc Mélenchon et sa ligne de rupture, défendue avec un certain succès, la gauche aurait pu tout simplement disparaître du paysage politique français, comme cela a été le cas dans d’autres pays européens.
© Michel Soudais

La France est à un tournant de son histoire. Après des années de politiques de saccage social, de dérive autoritaire et de banalisation du discours raciste, propulsée par le coup de force d’un président irresponsable, l’extrême droite se trouve aux portes du pouvoir. Face à cette menace, la gauche a su prendre ses responsabilités et se rassembler autour du Nouveau Front populaire. En quelques jours à peine, elle s’est réunie autour de candidatures uniques dans toutes les circonscriptions et d’un programme de rupture. Elle a ainsi déjoué le calcul politicien qui misait sur sa fragmentation pour reconduire le face-à-face mortifère entre le bloc néolibéral et l’extrême droite.

Ce qui est réellement en cause, ce ne sont pas un caractère, des rivalités boutiquières, ni même une personne, mais la ligne politique qui l’emportera à gauche.

La réponse du pouvoir et du système politico-médiatique dominant ne s’est pas fait attendre. S’est enclenchée une campagne de dénigrement systématique dont l’objectif est clair : briser l’unité du Nouveau Front populaire et barrer la route à la seule alternative à l’extrême droite. Force est pourtant de constater que cette campagne cible avec une violence particulière la France insoumise. Toutes sortes d’arguments, aussi fallacieux les uns que les autres, sont mobilisés à cette fin, des odieuses accusations d’antisémitisme au pseudo-débat sur le nom du premier ministre d’un futur gouvernement de gauche. La personne de Jean-Luc Mélenchon est continuellement visée.

« La gauche aurait pu tout simplement disparaître »      

Ne nous méprenons pas sur la nature de cette entreprise. Ce qui est réellement en cause, ce ne sont pas un caractère, des rivalités boutiquières, ni même une personne, mais la ligne politique qui l’emportera à gauche : une gauche d’accompagnement, qui reconduira les expériences désastreuses du passé, ou une gauche de rupture avec l’ordre néolibéral, une gauche capable de répondre aux aspirations populaires. Or, la séquence politique des dernières années, de la constitution de la Nupes à celle du Nouveau Front populaire, a montré que seule cette ligne de rupture était porteuse à la fois de dynamique et d’unité.

Sur le même sujet : Nouveau Front populaire : assumer la rupture

Elle a permis d’atteindre, avec la candidature de Jean-Luc Mélenchon, 19,7 % des suffrages en 2017 et 22 % en 2022, loin devant les autres composantes de la gauche. Sans ces épisodes électoraux, conjugués bien sûr aux mobilisations d’un mouvement social dynamique, la gauche aurait pu tout simplement disparaître du paysage politique français, comme cela a été le cas dans d’autres pays européens. La campagne des européennes menée par Manon Aubry a conforté cette orientation, en faisant gagner un million de voix à la France insoumise par rapport à 2019.

Dans le moment critique que nous vivons, cette gauche de combat est indispensable à la mobilisation populaire et à la victoire du NFP face au délitement social et politique du pays. C’est pour cette raison que, par-delà nos appréciations diverses sur tel ou tel aspect de ses positions ou de son fonctionnement, nous demandons que cesse la campagne de dénigrement de la France insoumise et de ses dirigeants.


Signataires

  • Bruno Amable, économiste
  • Azzam Amin, maître de conférences en psychologie sociale
  • Cass Andre, streamer, Zawa Prod
  • Simon Assoun, porte-parole du collectif Tsedek!
  • Olivier Azam, réalisateur
  • Daniel Bachet, professeur émérite à l’université d’Evry-Paris-Saclay
  • Michel Barrué, architecte DPLG honoraire et enseignant-chercheur honoraire
  • Marion Beauvalet, militante et doctorante
  • Christian Benedetti, acteur, metteur en scène, membre du parlement de l’Union populaire
  • Judith Bernard, dramaturge et metteuse en scène
  • Eric Berr, économiste et co-animateur du département d’économie de l’Institut La Boétie
  • Daphné Bitchatch, Guyot artiste peintre
  • Francesco Brancaccio, école doctorale de Sciences Sociales Université Paris 8
  • Sebastian Budgen, éditeur, Verso Books
  • Pierre-Yves Cadalen, chercheur postdoctorant en science politique
  • Dany Caligula, streamer, Zawa Prod
  • Laurent Cesari, professeur des universités en histoire contemporaine
  • Louise Chevillotte, comédienne
  • Edwige Chirouter, professeure des Universités en philosophie de l’éducation
  • Julie Crenn, historienne de l’art
  • Pierre Crétois, philosophe
  • Isabelle d’Artagnan, historienne
  • Geoffroy de Lagasnerie, philosophe
  • Natalie Depraz, professeure des Universités, philosophe, Université Paris Nanterre
  • Renato Di Ruzza, professeur honoraire des universités
  • Nicolas Dot-Pouillard, chercheur en sciences politiques, Beyrouth
  • Vincent Dufrène, photographe
  • Cédric Durand, économiste
  • Marie Duret-Pujol, maîtresse de conférences en Études Théâtrales, Université Bordeaux Montaigne
  • Didier Eribon, philosophe
  • Annie Ernaux, écrivaine
  • Guillaume Etiévant, expert économique auprès des CSE
  • Françoise Fressonnet, anthropologue
  • Florian Gaité, philosophe et syndicaliste
  • Davide Gallo Lassere, maître de conférences en politique internationale, ULIP
  • Fanny Gallot, historienne
  • Isabelle Garo, enseignante, philosophe
  • Sandrine Ghali, enseignante
  • Linda Gil, maîtresse de conférences en littérature, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Cécile Gintrac, enseignante de géographie
  • Thomas Giry, enseignant et syndicaliste
  • Olivier Goujon, auteur, scénariste
  • Patrick Guyot Bitchatch, ancien cadre des ministères sociaux
  • Patrick Haimzadeh, auteur et ancien diplomate au Moyen-Orient et en Libye
  • Razmig Keucheyan, sociologue
  • Stathis Kouvélakis, philosophe
  • Kitterie Lageyre, médecin généraliste
  • Martin Laquet, artiste insoumis
  • Frédéric Lebaron, sociologue
  • Frédéric Lordon, philosophe
  • Édouard Louis, écrivain
  • Mathilde Louvain, chargée des relations avec les publics
  • Michael Löwy, sociologue
  • Baptiste Luaces, médecin généraliste
  • Sandra Lucbert, autrice de littérature
  • Xavier Mathieu, comédien, ex-CGT des Conti
  • Elli Medeiros, artiste
  • Martin Mendiharat, dramaturge et metteur en scène
  • Jacqueline Merville, autrice
  • Marie Mesmeur, doctorante en sociologie
  • Brahim Metiba, écrivain
  • Monica Michlin, professeure en études américaines contemporaines, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Olivier Minard, professeur de philosophie
  • Clément Mouhot, mathématicien, professeur à l’université de Cambridge en Angleterre
  • Ugo Palheta, sociologue
  • Stefano Palombarini, économiste
  • Alexandra Peralta, docteure en philosophie ancienne
  • Léonie Pernet, musicienne
  • Olivier Rabourdin, acteur
  • Raz, streamer, Zawa Prod
  • Cecilia Rikap, économiste
  • Marlène Rosano, docteure en sciences politiques
  • Léo Rosell, doctorant en histoire
  • Jean-Marie Roux, militant syndical et associatif
  • Arnaud Saint-Martin, sociologue au CNRS
  • Michel Samuel, anthropologue
  • Samira Sarter, chercheuse microbiologiste, CIRAD
  • Sbeih Sbeih, chercheur associé, IREMAM
  • Jean-Marc Schiappa, historien
  • Benoît Schneckenburger, enseignant en philosophie
  • Raphaël Schneider, cofondateur du site hors-série.net
  • Ferhat Tamssaouet, enseignant-chercheur à l’Université de Perpignan (UPVD)
  • Federico Tarragoni, professeur des universités en sociologie politique, membre de l’Institut universitaire de France
  • Julien Théry, historien
  • Enzo Traverso, historien
  • Julien Trevisan, professeur agrégé et docteur en mathématiques
  • Yves Vargas, philosophe
  • Carlo Vercellone, économiste, professeur en sciences de l’information et de la communication
  • Nicolas Vieillescazes, éditeur
  • Gisèle Vienne, chorégraphe et metteuse en scène
  • Nathalie Vienne-Guerrin, professeure, université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Abdourahman Waberi, écrivain, professeur à la George Washington University
  • Louis Weber, éditeur
  • Wissam Xelka, streamer, Zawa Prod
  • Hela Yousfi, maître de conférences, université Paris dauphine PSL
  • Laurick Zerbini, maître de conférences (HDR) Université Lyon 2
    Recevez Politis chez vous chaque semaine !
    Abonnez-vous
    Publié dans
    Tribunes

    Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

    Temps de lecture : 6 minutes
    Soutenez Politis, faites un don.

    Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

    Faire Un Don

    Pour aller plus loin…

    Le boycott académique institutionnel des universités israéliennes est moralement nécessaire
    Tribune 18 juillet 2024

    Le boycott académique institutionnel des universités israéliennes est moralement nécessaire

    Philippe Stamenkovic, philosophe des sciences à l’université d’Uppsala estime nécessaire de rompre avec les universités israéliennes collaborant activement avec les institutions étatiques du pays. Ce qui n’empêche pas les collaborations individuelles avec les voix universitaires critiques de la société israélienne.
    Par Philippe Stamenkovic
    Pas de fréquence pour les chaînes de la haine, C8 et CNews !
    Tribune 15 juillet 2024

    Pas de fréquence pour les chaînes de la haine, C8 et CNews !

    L’Arcom a entamé une série d’auditions pour l’attribution ou le renouvellement de 15 fréquences de TNT. Nous publions une lettre ouverte afin d’obtenir le non-renouvellement des fréquences publiques de CNews et C8, deux chaînes de télévision mises au service de l’extrême droite par leur propriétaire, Vincent Bolloré.
    Par Collectif
    Pas de Nouveau Front populaire sans les quartiers populaires
    Tribune 13 juillet 2024

    Pas de Nouveau Front populaire sans les quartiers populaires

    Plusieurs dizaines de collectifs, de personnalités, d’artistes et de militants actifs dans les quartiers populaires interpellent le Nouveau Front populaire pour que des personnes de terrain soient en responsabilité. Une initiative portée par l’Assemblée des quartiers.
    Par Collectif
    L’appel des 50 « jeunes leaders positifs » au courage politique contre l’extrême droite
    Appel 3 juillet 2024

    L’appel des 50 « jeunes leaders positifs » au courage politique contre l’extrême droite

    Pour faire de la France de demain un pays plus juste et plus solidaire, où chacun trouve sa place sans distinction, ils et elles appellent politiques et citoyen.nes à barrer la route au RN.
    Par Collectif