Encerclé

Une belle transposition sur les planches d’un roman de l’Algérien Arezki Mellal, où un homme attend la venue de tueurs islamistes.

Arezki Mellal, pseudonyme derrière lequel se cache un auteur algérien qui, menacé, a pourtant choisi de demeurer dans son pays, est un nom désormais connu : ses livres connaissent un vrai retentissement. Romancier, Arezki Mellal a aussi écrit du théâtre. Aussi a-t-il été surpris quand le jeune metteur en scène Paul Desveaux lui a dit vouloir mettre en scène son roman Maintenant ils peuvent venir, et non l'une de ses pièces. Desveaux lui demandait même d'adapter son livre en conservant son caractère…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents