En guerre contre l’agent Orange

Les victimes de ce terrible défoliant utilisé par l’armée étasunienne lors de la guerre du Vietnam, responsable d’une catastrophe sanitaire et environnementale, seront le 18 juin devant la Cour d’appel de New York.

Patrick Piro  • 14 juin 2007 abonné·es

Ceci est une audience historique, semblant surgir d'un mauvais cauchemar : le 18 juin, à 10 heures, la Cour d'appel de l'État de New York aura à juger des plaintes déposées par les victimes du sinistre « agent Orange ». Parmi elles, des Vietnamiens, mais aussi des vétérans étasuniens de la guerre du Vietnam, exposés aux ravages de ce défoliant utilisé comme arme chimique de destruction massive.

Un avion C-123 de l’US Air Force déverse de l’agent Orange sur la jungle du Vietnam, le 3 mars 1967. AFP

L'armée étasunienne a déversé l'agent Orange par voie aérienne durant dix ans, entre 1961 et 1971, sur les forêts et les champs vietnamiens, afin de détruire le couvert végétal où l'ennemi se camouflait, et de raser ses récoltes pour le priver de vivres. Une étude publiée en 2003 aux États-Unis estime à 77 millions de litres le volume déversé. Les zones traitées ­ jusqu'à 10 fois chacune ­ couvrent un dixième

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 6 minutes