La complainte des forestiers

Tandis que la jeune chanson française est souvent engoncée dans un certain nombrilisme ou la description de son quotidien, il est un paysage musical qui semble considérer les menaces planant sur d'autres espaces que le « home sweet home » : l'Amérique du Nord, le Québec en particulier. Certes, dans l'Hexagone, Francis Cabrel faisait pleurer le bon Dieu dès 1994 en contemplant l'état de la belle bleue dans « Assis sur le rebord du monde » ; Mickey 3 D a percé avec « Respire », balade angoissante sur la vie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

« Nous appelons Emmanuel Macron à rejeter toutes négociations commerciales avec Donald Trump »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents