« Le discours sur l’amnistie est inaudible aujourd’hui »

Avec plusieurs chercheurs, l’historienne Sophie Wahnich montre comment les institutions de clémence sont de plus en plus délégitimées à mesure qu’on se rapproche de la période contemporaine.

L'ouvrage collectif que vous venez de diriger montre que l'amnistie et, plus largement, les institutions de clémence sont aujourd'hui très discréditées dans le débat public français. Sophie Wahnich : Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans cette évolution. Après l'amnistie de la Collaboration, puis de la torture en Algérie et des généraux félons du putsch d'Alger en 1961, la gauche a considéré l'amnistie de plus en plus négativement : cette institution lui paraît servir à réhabiliter des gens…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents