L’âge ne fait pas la rénovation

Défait, le parti socialiste se cherche de nouvelles têtes pour un avenir à repenser. Mais l’ascension de quelques quadras, dont l’avenir semblait bouché, n’est pas forcément gage de renouvellement.

Michel Soudais  • 19 juillet 2007 abonné·es

Le bestiaire socialiste s'enrichit. Après les éléphants, dont le règne aurait été contesté par une gazelle, l'heure serait aux « jeunes lions rugissants » ­ l'autoportrait est d'Arnaud Montebourg ­ plus gourmands de pachydermes que d'antilopes. Ceux-là doivent d'ailleurs se retrouver ce vendredi 20 juillet à Évry, autour de Manuel Valls, pour lancer sans attendre « une transformation profonde du parti » . Mais ce groupe de quadras formé par des élus déjà installés, comme les députés Gaëtan

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes