Le lent adieu à Fidel Castro

Quel rapport les Cubains entretiennent-ils avec le « Lider maximo », malade et absent ? Leurs réponses sont fort éloignées des excès de haine et de louanges que l’on imagine en Europe et aux États-Unis. Reportage.

Maria, appuyée sur une bêche rudimentaire manifestement bricolée, raconte volontiers pourquoi elle a transformé son jardin planté d'herbe en potager orné d'utiles bananiers : «~Alban, mon mari, est professeur d'économie dans un lycée ; et, avec nos deux enfants, on n'y arrivait plus. Comme nous avons la chance d'habiter cette maison à 15 kilomètres de La Havane, j'ai laissé tomber mon travail d'infirmière pour m'occuper de ce jardin et élever des poules. De toute façon, avec le vieux bus, soit j'arrivais…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.